French material

 

Retrait ou réécriture demandés

La mobilisation devrait marquer les esprits... et faire pression sur la ministre. Un tel rassemblement unitaire n’a pas eu lieu depuis 2002, depuis les mouvements pour la revalorisation des honoraires, selon Eric Henry, porte-parole du Mouvement pour la santé pour tous. Cette organisation, fondée contre le projet de Marisol Touraine, rassemble une quarantaine de syndicats et de mouvements étudiants et réclame le retrait du projet.  

L’examen du projet de loi commence mardi à l’Assemblée Nationale et devrait remporter les votes de la majorité socialiste. Le principal syndicat des médecins, la CSMF, ainsi que l’Ordre des médecins préfèrent l’idée d’une réécriture du texte.

L'indépendance des médecins menacée

Si les tensions sont aussi fortes, c’est parce que les soignants craignent notamment que cette loi ne leur fasse perdre de leur liberté. Ils refusent de dépendre des Agences régionales de santé qui ont, selon eux, une approche trop institutionnelle, loin des réalités du terrain.

"La mise sous la coupe de l'ARS de l’ensemble de la médecine de proximité va nous faire perdre une part de notre indépendance et de notre liberté, affirme le Docteur Jean-Paul Ortiz, président de la Confédération des syndicats médicaux français, et donc va faire perdre aux patients une part de leur liberté."